search

Accueil > EAC en actions > archives > 2015-2016 > Yonne > Lycée Vauban - Auxerre : "Se souvenir des belles choses"

Lycée Vauban - Auxerre : "Se souvenir des belles choses"

jeudi 9 juin 2016, par Laurence Rauline

Le jeudi 3 juin 2016, la 1e Bac professionnel du lycée Vauban d’Auxerre a présenté son court _métrage intitulé "Madeleine", au cinéma d’Auxerre, à l’occasion du 11e festival de courts métrages scolaires de l’Yonne. Pour les élèves, cet événement était l’aboutissement d’une année de travail. Après la présentation de tous les projets, ils ont attendu fébrilement l’annonce des résultats, pour ensuite faire éclater leur joie, lorsqu’ils ont appris qu’ils avaient gagné le Grand prix, dans la catégorie « Temps ». Cette journée a été leur festival de Cannes.

Madeleine, une dame en fin de vie, se rend au restaurant et retrouve son enfance au cours d’un repas extraordinaire. Le titre est bien sûr une allusion au célèbre petit gâteau proustien, qui porte "l’édifice immense du souvenir". Le court métrage n’est pas non plus sans renvoyer à "Ratatouille", le film d’animation des studios Pixar.

une longue phase d’écriture

L’aventure de la création d’un court métrage avait déjà été menée les années précédentes avec des classes de CAP, de BAC PRO, de profils et de filières variés. De bons souvenirs. Cette année, elle s’est inscrite, dès le mois de septembre, dans le cadre de l’EGLS, Enseignement Général Lié à la Spécialité. Il leur a été proposé de tenter la réalisation d’un court-métrage dont le thème serait « Temps ». Ils connaissaient la récompense : si leur projet aboutissait, le film pourrait être retenu et passer sur le grand écran du cinéma de la ville.

Les élèves ont commencé par l’étape la plus importante : l’écriture, en s’appuyant sur ce qu’ils savaient de la nouvelle, genre parfois étudié en cours de français, dont les principes sont proches de ceux du court métrage : la durée limitée impose en effet de se focaliser sur l’essentiel, de dire peu et de surtout suggérer. La fiche pédagogique sur le site de Canopé (http://www.cndp.fr/crdp-dijon/Initiation-a-l-ecriture-d-un.html) a été très utile, tout comme les échanges avec Thierry Mura (collègue et organisateur du festival avec son collège de Charny), qui a fait bénéficier ce projet de ses compétences et de son expérience dans l’enseignement du cinéma.

La phase d’écriture a duré plus d’un trimestre. Écrire un scénario, c’est surtout réécrire et, plus difficile pour les élèves, c’est ne pas écrire, se censurer, reformuler, recommencer. À l’enthousiasme du début, a succédé assez vite la frustration, le découragement. Il a fallu remotiver et relancer les idées. Le travail de coopération entre les élèves, constitués en une sorte de comité de rédaction, ne s’est pas révélé simple. Chacun a dû se mettre dans la peau du spectateur, faire qu’il comprenne l’histoire, qu’il soit intéressé et qu’il voyage. Ce n’est qu’en novembre que l’écriture a été terminée.

vers le tournage

Les élèves se sont ensuite répartis en groupes, pour travailler les situations : entrée, plat, dessert. Les canons de la restauration, qu’ils connaissent bien. Il a fallu établir le menu de Madeleine, ce menu qui devait faire émerger en elle les souvenirs : soupe de potiron, blanquette de veau et cerise sur la madeleine, mousse au chocolat. Les deux collègues d’hôtellerie se sont joints au projet. Les plats ont été confectionnés en TP de cuisine.

Juliette Peix, collègue d’enseignement professionnel, a ouvert avec enthousiasme les portes de sa salle de restaurant. Elle s’est chargée de trouver un lieu adapté pour le décor du film et a participé au tournage, avec du matériel prêté par Canopé. Les élèves ont échangé, débattu et le casting a commencé. Il y avait peu de volontaires ! Heureusement, la timidité n’a pas freiné toutes les ardeurs.

tournage et montage

Le tournage a été planifié, au mois de janvier, sur plusieurs séances de TP. Les élèves sont partis une journée au château de Fourolles à Saint Aubin-Château-Neuf.
Ensuite, place au montage, ou plutôt à une initiation aux choix nécessaires qu’il implique. La transparence devait évoquer les souvenirs. Diverses pistes musicales ont également été proposées.

Le résultat a plu à tous. La présélection a déjà constitué une belle récompense. La victoire a permis aux élèves et à leurs enseignants de penser à l’avenir : depuis mars, le lycée s’est doté d’un matériel audiovisuel performant, ce qui permet d’espérer que les prochains courts métrages seront encore d’une meilleure qualité technique.

article proposé par Franck Benoit, PLP Lettres/HG, Lycée des métiers Vauban Auxerre


Voir en ligne : le site du lycée Vauban