search

Accueil > ressources > archives > ressources patrimoine > Les films sur la Grande Guerre : un patrimoine cinématographique à étudier en (...)

Les films sur la Grande Guerre : un patrimoine cinématographique à étudier en classe

dimanche 1er février 2015, par Éric Gady, Samuel Kaczorowski

La commémoration de la première guerre mondiale donne l’occasion de découvrir ou de redécouvrir un patrimoine cinématographique qui ouvre de nombreuses perspectives non seulement sur la dimension historique du conflit mais sur le septième art lui-même. Documentaires ou fiction, témoignages ou dénonciation, ces films sont autant de ressources privilégiées pour appréhender dans sa complexité comme dans son trouble, la mémoire ce que les historiens s’entendent à désigner comme la première grande guerre moderne.

La Grande guerre explose en même temps que l’industrie du cinéma. Les studios se développent et se perfectionnent pour donner à voir, dans des « décors » grandeur nature, des images d’archives qui constituent, aujourd’hui, de précieux témoignages historiques, souvent extraordinaires sur le plan artistique. C’est que 1914-1918 offre une étendue inédite de sujets d’actualité, depuis les films de propagande bientôt instrumentalisés par les artisans des conflits à venir, jusqu’aux courts métrages traitant des guerres annexes comme la Révolution d’Octobre en Russie, le génocide arménien en Turquie, l’émancipation des colonies. Ces œuvres montrent la guerre vécue de l’intérieur ou loin du front, la révèlent à travers l’horreur des batailles elles-mêmes ou par le biais du témoignage poignant d’artistes qui, reclus, montrent la folie et l’absurdité du monde qu’ils fuient.

Si les actualités cinématographiques, les courts-métrages et les œuvres tournées au moment du conflit émeuvent par leur prise directe avec la réalité, les centres culturels furent et restent encore nombreux à proposer des séances de projection thématiques exceptionnelles. Plus faciles, cependant, à découvrir en classe, les œuvres de fiction peuvent concerner le jeune public, lorsqu’elles sont correctement choisies et accompagnées par une mise à distance historique sensible et efficace.

quelques références incontournables

Violent plaidoyer contre la guerre, outil de réflexion sur l’euthanasie, Johnny Got His Gun (Johnny s’en va-t-en guerre) de Dalton Trumbo (1939) déborde largement la dimension historique de la Première Guerre mondiale à travers l’enthousiasme naïf de ce jeune aspirant qui se souvient, depuis son lit d’hôpital où, privé de ses membres, il reste conscient. Une enseignante en option cinéma de la Nièvre de commenter sur son blog : « Le film est étonnant d’expérimentations techniques : le passé et les rêves y sont représentés en couleurs diffuses, le présent est montré en noir et blanc, les contours et les contrastes y sont remarquables ; le jump cut est employé pour exprimer l’agitation et la détresse du personnage principal ; les raccords sonores, d’objets, de mouvements font passer du présent au souvenir ».

Avec un parti pris artistique assez comparable, La Chambre des Officiers de François Dupeyron (2001) offre un moment de mise en scène d’autant plus magistral qu’il se distingue par son minimalisme. À voir aussi, les incontournables tels que Paths of Glory (Les sentiers de la gloire) de Stanley Kubrick (1957), ou encore La Grande illusion de Jean Renoir (1937).

NB : Les films mentionnés ici conviennent à un public de collégiens et lycéens, à partir de la classe de 4ème.

- Voir aussi : 14-18 au cinéma

Samuel Kaczorowski, conseiller sectoriel arts visuels samuel-jacques.kaczorowski@ac-djion.fr