search

Accueil > EAC en actions > archives > 2013-2014 > Nièvre > collège Les Guilleraults - Pouily-sur-Loire : "Faites de la Science"

collège Les Guilleraults - Pouily-sur-Loire : "Faites de la Science"

lundi 2 juin 2014, par Thierry Mourot

Pour la deuxième année consécutive, un concours de culture scientifique distingue le collège Les Guilleraults (Nièvre) au niveau national. Ce prix amplement mérité reconnaît la créativité des collégiens mais aussi la dynamique développée par une équipe éducative soutenue par son chef d’établissement. Un exemple à suivre pour tous les enseignants qui veulent « enseigner les sciences autrement ».

En 2013, les élèves du collège Les Guilleraults de Pouilly-sur-Loire s’étaient déjà illustrés en en concevant une maison autonome en énergie qui leur avait valu plusieurs récompenses dont le premier prix au concours Batissiel. Un an plus tard, ils font à nouveau fait la preuve de leur ingéniosité avec un projet orienté développement durable reconnu lors du concours national Faites de la science. Cette initiative a pour but de susciter l’intérêt et de développer la culture scientifique des jeunes.

Un objectif partagé par Cécile Picard, chef d’établissement, depuis maintenant deux ans. Constatant une désaffection des élèves de cycle central pour les sciences en général et les mathématiques en particulier, la principale a proposé aux enseignants des disciplines concernées de travailler ensemble à un projet commun, l’enjeu étant d’apprendre aux élèves de 5e et de 4e à penser les sciences autrement.

3D pour Démarche de Développement Durable

En 2013-2014, plus de la moitié des effectifs a été concernée par le « projet sciences », soit une centaine d’élèves de 5e et de 4e sur les cent soixante-dix que compte le collège au total. A partir du thème fédérateur intitulé : « la 3D urbaine, comment ça marche ? », trente-quatre problématiques différentes ont été traitées par des élèves travaillant en binômes.

Chacun a donc apporté sa pierre à l’édifice en adoptant une véritable démarche scientifique. Les groupes ont réalisé des maquettes et ont élaboré des systèmes domotiques en les programmant eux-mêmes : puits de lumière alimenté par la lumière du soleil quelle que soit l’heure de la journée, train de véhicules régulant leur vitesse pour limiter les embouteillages, éclairage urbain modulable en fonction du déplacement des véhicules...

Alliant l’inventivité à la pédagogie, les apprentis ingénieurs ont su adapter le niveau de leurs explications à différents destinataires de façon à ce que leurs réponses soient compréhensibles aussi bien par des élèves d’école primaire que par d’autres collégiens qui ne sont pas initiés à ces problèmes.

Faire des sciences sans s’en rendre compte

La démarche a entre autres mérites le fait de rompre les cloisonnements disciplinaires : les élèves ne vont plus en mathématiques ou en SVT, ils vont « en sciences » ! Ils sont en effet amenés à faire des mathématiques pour résoudre tel ou tel problème, de la technologie pour mettre en place telle ou telle maquette, de la physique pour réfléchir la lumière à travers des miroirs...

De l’avis de tous les enseignants impliqués, un tel projet est « super motivant ». Cependant, à raison de deux heures tous les quinze jours, il faut pouvoir encadrer tous ces élèves. Que ce soit Olivier Albert en physique-chimie, Vincent Boisset en technologie et Paul Grudzien en mathématiques ou Delphine Polge en SVT, les membres de l’équipe scientifique sont tellement investis qu’ils ne comptent plusieurs heures... contrairement à leur chef d’établissement, qui tente de reconnaître à sa juste valeur le travail effectué en multipliant les démarches auprès des services de l’inspection académique et du rectorat.

L’autre difficulté de ce type de projet est son financement, que ce soit pour l’achat de petit matériel nécessaire à la réalisation des maquettes ou pour les déplacements nécessités par la participation aux phases académiques et nationales des différents concours dans lesquels les élèves se sont impliqués. Heureusement, la performance des lauréats de "Faites de la science" leur a valu l’attribution d’un chèque de 1500 €, une somme qui sera réinvestie dans les projets futurs. Un grand bravo et un grand merci donc à Mattéo Ansard, Laurena Carvalho, Léo Charretier, Emma Gougry et Quentin Nunes, qui se sont entraînés pendant leur temps libre avec leurs professeurs afin que leur prestation à l’oral soit prête pour le jour J.

- à consulter : l’article sur le projet lauréat en 2013 Inventer aujourd’hui la maison de demain

contacts

collège Les Guilleraults - 58150 Pouilly-sur-Loire
03 86 39 12 28 0580035Y@ac-dijon.fr


Voir en ligne : le site du collège Le Guilleraults