search

Accueil > EAC en actions > archives > 2013-2014 > Saône-et-Loire > Collège Bréart - Mâcon : "Parcours danse"

Collège Bréart - Mâcon : "Parcours danse"

mercredi 26 mars 2014, par Emmanuel Freund

Des élèves de 5ème du collège Bréart de Macon ont été initiés aux chorégraphies contemporaines, d’abord comme spectateurs lors de spectacles à la scène nationale puis en temps qu’acteurs, grâce aux interventions d’Emilie Bourbon de la compagnie Malka dans leur collège. Ces interventions permettront aux élèves de se sensibiliser à l’art de la danse en cours d’éducation physique et sportive.

C’est à l’initiative de leur professeur d’EPS, Françoise Lety, que les élèves d’une classe de 5ème du collège Bréart, découvrent la danse hip hop. Ce projet, qui se déroule en parallèle dans plusieurs établissements de Saône-et-Loire, est le fruit d’un partenariat avec le Conseil Général, la Scène nationale et la compagnie Malka dont l’intervenante est Emilie Bourbon.

un projet en trois volets

Le parcours danse comporte plusieurs phases. Tout d’abord, les élèves ont étudié l’opéra Casse-noisette de Tchaïkovski dans la cadre des cours de français et de musique. Ils en ont vu par la suite une adaptation hip hop dont la contemporanéité les a quelque peu déroutés.

La classe de 5e a également eu la chance d’assister à deux autres spectacles, La Cérémonie de Nathalie Pernette et Les Chants de l’Umaï du système Castafiore. Ces représentations ont été assorties d’une visite du théâtre de Mâcon.

chorégraphies hip-hop

A quatre reprises, Émilie Bourbon est intervenue pendant les séances d’EPS au collège pour travailler avec les élèves sur des chorégraphies essentiellement hip hop.

Par la suite, la compagnie Malka viendra présenter une petite forme chorégraphique emmenée par un duo masculin avec qui les élèves pourront échanger après le spectacle. Les élèves travailleront en cours d’EPS sur la chorégraphie d’Émilie Bourbon puis sur un abécédaire à la manière du spectacle de Nathalie Pernette afin que chaque groupe puisse proposer une chorégraphie différente.

Si cette classe composée dans une majorité de garçons a dans un premier temps rejeté l’idée d’un projet danse, cette expérience s’est avérée très positive. Les élèves sont plus ouverts et la cohésion dans la classe s’est améliorée.

article proposé par Damien Bardoux


Voir en ligne : compte-rendu du projet sur le site du collège Bréart