Accueil  >  Volet culturel et parcours EAC  >  archives > Résidence Tsama do Paço : gestes du sculpteur

Rubrique 2012-2013

Résidence Tsama do Paço : gestes du sculpteur

Le 14 mai 2013 - Emmanuel Freund

Inviter l’abstraction et l’art contemporain à l’école, rurale de surcroît ? C’est le pari tenté dans le village de Gurgy. Les créations de la sculptrice Tsama di Paço inaugurées le 8 mai dernier sont le fruit de la toute première résidence d’artiste proposée par le Centre d’art de l’Yonne à une école élémentaire. Réalisé dans une osmose exceptionnelle entre l’artiste et l’équipe enseignante, ce projet mené à partir de la notion de répétition du geste a eu de nombreuses répercussions pédagogiques, dans l’école et au-delà.

C’est au cœur de Gurgy qu’a été inaugurée, le 8 mai 2013, l’exposition « Gestes de sculpteur », une série d’installations réalisées par Tsama do Paço durant sa résidence de six semaines à l’école élémentaire du Moulin. Il s’agit d’un des premiers événements accueillis dans ce tout nouvel Espace culturel situé entre la rivière et l’église du XIIIe du village icaunais. Un emplacement à la fois stratégique et symbolique voulu par l’équipe municipale, qui a peut-être trouvé là une façon de revendiquer une place privilégiée pour la culture, entre patrimoine local et préoccupations environnementales.

Aurélie Berger, première élue, rappelle dans quelles conditions s’est fait le choix de l’artiste, parmi une vingtaine de dossiers présentés par le Centre d’art avec lequel une convention de partenariat a été signée en 2011. Lors d’un conseil d’école extraordinaire, c’est l’ensemble de la communauté éducative qui a été amené à se prononcer en faveur de cette jeune artiste au parcours déjà riche et inattendu. Un éclectisme qui se traduit par l’utilisation d’une grande variété de matériaux, aussi bien artificiels que naturels, une ouverture relationnelle nourrie par des expériences pédagogiques antérieures, des savoir-faire traditionnels acquis lors de séjours d’apprentissage auprès de maîtres-artisans rencontrés en Mali ou en Chine... tels furent quelques uns des aspects propres à retenir l’attention et à emporter l’adhésion générale. Mais c’est avant tout l’approche particulière de la gestuelle et de l’implication du corps dans l’acte de création, avec le rapport à la temporalité qu’elle induit, qui a pu donner l’intuition d’une rencontre fertile à venir.

[...]

- lire l’article en intégralité
- consulter le dossier de l’artiste

juin 2017 :

mai 2017 | juillet 2017


DAAC ACTU

Lettre CAScAD
@daacdijon sur twitter
Fil d'info

Services en ligne

Site académique CSTI
Site arts et culture 89

Les plus populaires

  • Une année sous le signe du théâtre au collège de Lugny : (100 %)
  • Les collégiens de la SEGPA de Toucy fêtent le cinéma ! : (100 %)
  • Contes en jeu : liaison école primaire-lycée à Charolles : (94 %)