search

Accueil > EAC en actions > Côte-d’Or > Carmen Remix : retour sur un projet participatif de l’Opéra de (...)

Carmen Remix : retour sur un projet participatif de l’Opéra de Dijon

lundi 16 septembre 2019, par Benjamin Girault

Alors que pour la troisième fois consécutive, les établissements de l’académie de Dijon font leur "Rentrée en musique", l’année scolaire 2018-2019 s’est achevée avec un spectacle haut en couleurs avec "Carmen Remix", le grand projet participatif de L’Opéra de Dijon. À l’occasion de la Fête de la Musique, élèves, structures dijonnaises, amateurs de chant et professionnels se sont réunis pour construire un spectacle en lien avec le Carmen de Bizet, opéra programmé à l’Auditorium en mai 2019.

Les élèves de la classe de 6e 1 du collège Henry Dunant ont participé l’année dernière à un projet particulièrement ambitieux de l’Opéra de Dijon autour du célèbre Carmen de Bizet. Il s’agissait de rassembler sur scène trois chœurs : celui des élèves, celui de l’Opéra et un chœur éphémère d’amateurs ou d’aventuriers, auxquels se sont également joints un collectif de femmes de la MJC de Chenôve et un groupe de participants de l’Espace Socioculturel Acodège. Des étudiants de l’École des Métiers Dijon Métropole ont aussi contribué à ce grand événement participatif en réalisant les coiffures des élèves acteurs.

Le vendredi 21 juin à 19h, durant quarante-cinq minutes, des élèves ont réinterprété les airs les plus populaires de l’œuvre de Bizet, accompagnés par les chœurs de l’Opéra de Dijon. C’est une version originale et épurée de Carmen que l’Opéra de Dijon a présentée en ce jour de la Fête de la Musique. "Nous chercherons l’art d’écouter ensemble la musique et ce que celle-ci soulève comme questionnement aujourd’hui quant à l’histoire de cette figure féminine totale", avait promis Aline Reviriaud, metteuse en scène. "Retrouver une place, une cité imaginaire pour celles et ceux qui n’ont pas forcément trouvé le chemin auparavant. Lever les voiles. Faire un voyage."

Et le voyage proposé fut plein de surprises et de poésie : une Carmen et des cigarières démultipliées comme des farandoles de papier, les jeunes collégiennes de Dunant, vêtues de blanc, reproduisant les gestes des chanteuses professionnelles dans une belle harmonie ; des passages choisis de la nouvelle, contés sur l’avant-scène par une voix au timbre singulier et à la force chaude ; un duo dansé sur un ring par Carmen et Don José, ou le Féminin et le Masculin, sans contact, avec des gestes en miroir et la violence de la passion suggérée par cet espace omniprésent et électrique entre leurs deux corps ; une garde d’enfants au pas millimétré, conduite par un petit chef fantasque et étourdi...

Dans cette version, la figure de la femme libre, vivante et vibrante a été mise en valeur grâce à des effets scéniques qui auront certainement marqué l’esprit du public. Par exemple, un théâtre d’ombre où les silhouettes cambrées de trois Carmen dansantes sont aspirées dans l’ombre grandissante des mains jalouses de la figure masculine ; ou encore, comme une scansion dans le spectacle, de grandes photographies lumineuses des femmes de la MJC de Chenôve, autant de Carmen actuelles affirmant leur "liberté d’être", selon le souhait d’Aline Reviriaud. Le tout porté par une synchronisation de tous les instants entre la centaine de personnes, adultes et enfants confondus, participant au projet : un beau défi relevé par les choristes et les créateurs de ce Carmen Remix.

- extrait 1

- extrait 2

une sensibilisation à l’opéra et un travail de création pour les élèves sur l’année

C’est au mois de novembre que les premières répétitions ont commencé avec la classe, qui avait au préalable fait la connaissance de l’équipe de l’Opéra, et notamment du chef de chœur Anass Ismat. Ce dernier a d’emblée noté la motivation et la réactivité des élèves, enthousiastes pour mener ce projet en compagnie de leurs enseignantes : Cécile Corcket-Stragier en musique, Agnès Duflanc-Lehmann en arts plastiques, Mélanie Feuvrier en histoire-géographie, Jocelyne Piochaud-Destaing en français et Nathalie Lamblin-Pinté, le professeur principal de la classe. Selon le principal du collège Christophe Salahub, cette aventure a permis de créer une vraie cohésion au sein de la classe.

Parallèlement au travail de chant, les sixièmes ont pu découvrir et pratiquer l’art de la mise en scène sous la houlette d’Aline Reviriaud, en explorant des problématiques variées : comment créer la mise en espace ? Comment exprimer une émotion avec son corps ? Qu’est-ce que le travail d’acteur ? La construction de ce spectacle les a également amenés à découvrir la mise en abyme, la théâtralité et le rôle d’un conteur, puisqu’il s’agissait de "jouer à jouer Carmen".

Ce projet s’inscrivait pleinement dans les objectifs de l’école du spectateur puisqu’il incluait la visite de l’auditorium et des ateliers de création des décors et des costumes. Les élèves ont par ailleurs assisté à une répétition puis à une représentation de l’opéra Carmen de Bizet avant de présenter sur scène leur propre spectacle.

Mardi 18 juin, la classe de 6eme 1 du collège Henri Dunant était de retour à l’Auditorium de Dijon pour la première répétition avec tous les participants, adultes et enfants, du spectacle Carmen Remix. Pendant plusieurs heures, les élèves ont travaillé leurs entrées sur scène et les mouvements qui accompagnaient leurs chants. Les solistes interprétant le rôle de Carmen ont particulièrement bien cerné leur personnage : "Quand nous jouons Carmen, nous devons faire des gestes de séduction et attirer les regards sur nous. Il faut que les hommes nous admirent, alors nous faisons des mimiques, des mouvements de hanches."

Ce moment a été l’occasion pour tous de découvrir les décors ainsi que les lumières. La classe avait travaillé sur cette thématique en arts plastiques, en imaginant différentes mises en scène de Carmen. Inspirés par la création de Florentine Klepper, les élèves avaient imaginé une atmosphère de boîte de nuit avec une boule à facettes et des costumes très typés (perruque afro, pantalon pattes d’éléphant, costume à paillettes).

La classe a aussi retrouvé lors de cette répétition la metteuse en scène, Aline Reviriaud, et l’équipe de médiation de l’Opéra de Dijon et elle a rencontré l’ensemble des personnes participant au projet : le chœur de l’Opéra, le chœur éphémère, le chorégraphe Léo Lequeuche. Pour les élèves, il s’agissait d’être particulièrement attentifs à toutes les directives de l’équipe artistique : ils ont ainsi été confrontés, comme de vrais professionnels, à la préparation minutieuse d’un spectacle et au travail rigoureux de mise en scène d’un spectacle lyrique, qui nécessite de l’engagement et beaucoup de concentration de la part des chanteurs.
https://www.instagram.com/p/B2RF0qRj5Se/?igshid=6pm9np5nrj2i

Carmen Remix : une découverte des métiers du spectacle pour des élèves de la voie professionnelle

Dans le cadre d’un partenariat existant depuis deux ans, l’Opéra de Dijon a proposé à des élèves de l’École des Métiers Dijon Métropole de réaliser les coiffures des enfants solistes pour le spectacle Carmen Remix. Dans cette optique, des apprenties préparant le brevet professionnel coiffure, accompagnées par leur enseignante Vanessa Patriat, ont participé à une journée de découverte de l’opéra le 29 janvier 2019, lors de la générale continuo (répétition sans l’orchestre au complet) de l’opéra La Finta Pazza.

À leur arrivée, les élèves ont été accueillies par Guillaume Labois, médiateur culturel à l’Opéra de Dijon. Elles ont montré de l’intérêt pour l’histoire de l’opéra et du Grand Théâtre de Dijon qui leur a été présentée. Puis les jeunes filles ont eu le privilège de visiter les coulisses de ce lieu de spectacle : elles ont été particulièrement surprises de découvrir les systèmes de machinerie, les plateformes, les panneaux de bois coulissants utilisés comme à l’époque pour la mise en place des décors.

Les visiteuses ont ensuite rencontré dans les loges les équipes de maquillage et de coiffure du spectacle La Finta Pazza, qui réglaient les derniers détails avant la représentation générale. L’effervescence était à son comble et les apprenties ont vécu l’agitation des préparatifs, sous le regard critique de la metteuse en scène qui était présente pour superviser l’ensemble. Elles ont constaté que les coiffeuses pouvaient laisser libre-cours à une certaine créativité, tout en respectant les directives de la metteuse en scène. Elles ont aussi observé leurs méthodes de travail singulières par rapport à l’exercice du métier en salon, comme l’ajout de mèches de cheveux dans une coiffure, au fur et à mesure et par essais successifs, pour faire ressortir la personnalité d’un personnage. Quant au maquillage, si les produits et le matériel utilisés étaient familiers aux élèves, la technique des professionnelles leur a semblé extrêmement précise dans sa vocation à souligner les émotions des personnages sur la scène. La journée s’est terminée par la représentation de La Finta Pazza, qui a profondément marqué les apprenties coiffeuses. Certaines se sont étonnées de la longueur de l’opéra, d’autres ont été enchantées de retrouver sur la scène les personnages dont elles avaient vu la création dans les loges.

Suite à cette visite des coulisses du Grand Théâtre en janvier 2019, trois élèves préparant leur brevet professionnel en coiffure, Laura Colin, Manon Grisouard et Camille Philipps, sont venues à l’Auditorium avec leur matériel pour réaliser les coiffures des 6emes choristes dans le spectacle Carmen Remix. Dans les loges qui étaient réservées aux chanteurs, les jeunes filles très investies ont travaillé avec énergie et passion pour mener à bien la mission qui leur avait été confiée.

une expérience artistique et humaine 100% E.A.C.

Les professeurs de la classe de sixième1 du College Henri Dunand ont constaté que ce projet avait beaucoup apporté aux élèves. « Quand ils ont appris qu’ils allaient se produire devant plus de mille personnes, ils ont réalisé qu’ils avaient une grande responsabilité. », a déclaré Cécile Corcket-Stragier. Evidemment, il a parfois fallu canaliser l’énergie de ces jeunes et les rassurer car ils étaient anxieux à l’idée de monter sur scène. Selon Agnès Duflanc-Lehmann, une telle expérience a crée « une vraie cohésion entre les élèves et les enseignants. Un climat de confiance et de respect s’instaure entre les intervenants de l’Opéra de Dijon, les élèves et les professeurs. Nous savons que les sixièmes seront à jamais marqués par ce projet, gagneront en maturité et en estime d’eux-mêmes. »

Quant aux jeunes étudiantes, cette soirée leur a permis de découvrir le travail d’une équipe technique dans les coulisses d’un spectacle. Avec une volonté affirmée d’autonomie, elles ont pris les choses en main en déclarant à leur enseignante, qui leur proposait de l’aide : « Laissez-nous faire, Madame. » Vanessa Patriat a salué leur engagement et a admiré, tout comme le public, les réalisations signées et créatives des coiffeuses. Elle a également noté que ces dernières ont été spontanées avec les enfants et qu’elles les ont écoutés pour prendre en compte leurs souhaits. Les trois jeunes filles, impressionnées par la salle remplie mais fières de leur travail, ont ensuite rejoint le chœur sur scène au moment des saluts. Leur enseignante les a vues sortir grandies de cette expérience qui a été pour elles une vraie réussite.

article rédigé en collaboration avec Claire Loussel, professeure missionnée à l’Opéra de Dijon.