search

Accueil > EAC en actions > Yonne > École Boulle et collège Le Gâtinais - Saint Valérien : Le bonheur est dans la (...)

École Boulle et collège Le Gâtinais - Saint Valérien : Le bonheur est dans la cour !

mardi 27 août 2019, par Vanessa Gaillet

Depuis quatre ans, au Gâtinais-en-Bourgogne, écoliers et collégiens participent à l’embellissement de la cour de l’école élémentaire par la création de mosaïques inspirées de l’œuvre de Niki de Saint-Phalle. Un projet inter-degrés qui a investi une cohorte d’élèves et qui verra son aboutissement en 2020.

À l’origine de ce projet artistique, Bruno Petitjean alors directeur de l’école, avait sollicité Éric Ehrsam, professeur d’arts plastiques au collège, en juillet 2015 pour la création d’une œuvre artistique dans la cour de l’école. Cette proposition pédagogique, qui devait impliquer les élèves de l’école et du collège, a immédiatement séduit. Mais comment animer cette cour de récréation pour qu’elle soit jolie, attrayante et représentative du résultat d’un travail d’enfants ? Très vite s’est imposée l’idée de travailler autour d’un même artiste présentant des œuvres gaies, accessibles et permettant de laisser toute sa place à l’imaginaire des élèves de tous âges. Le choix s’est alors arrêté sur Niki de Saint-Phalle, la fée des couleurs, véritable héroïne de l’art moderne. Les enfants sont généralement sensibles à son œuvre : un monde bigarré et joyeux.

La façade de l’école fait apparaître quatre grands rectangles cimentés mesurant chacun 98 cm de haut pour 260 cm de large. Après déformation de leur surface, ils vont servir de support pour être richement décorés de formes et de teintes qui évoquent un monde imaginaire. Cette création fait appel à des matériaux divers, tels que des émaux de Briare, des morceaux de miroir (glace argentée bleu et bronze) et différentes pierres ingélives aux couleurs multiples. Un court texte camouflé (déjà en partie travaillé) figurera sur l’ensemble des quatre panneaux en plus des œuvres : Réjouir le cœur et les yeux pour rendre tout le monde heureux !

un projet mené sur plusieurs années

En 2015-2016, dans le cadre du cours d’arts plastiques, toutes les classes de niveau sixième du collège de Saint-Valérien ont réalisé des exposés autour de l’artiste Niki de Saint-Phalle et de son œuvre. Chaque élève devait remettre une production associant textes et images (photographies et dessins).

Suite au travail réalisé la première année, et selon des critères de sélection bien définis, un groupe à projet artistique et culturel composé d’une vingtaine d’élèves a été créé au collège en 2016-2017. Ces élèves étaient encadrés chaque semaine durant une heure par M. Ehrsam pour la réalisation d’une multitude de dessins. De leur côté, toutes les classes de l’école élémentaire de Saint-Valérien ont été invitées à créer avec leurs enseignants des dessins rendant hommage à l’artiste. Ce travail artistique était basé sur la stylisation, la courbe, le contour, le motif, la couleur en aplat, sur des thèmes chers à l’artiste, les animaux en particulier.

Ces nombreux dessins ont été regroupés en quatre ensembles retenus pour chaque panneau de la façade de l’école : le jardin, les animaux réels, les animaux merveilleux et les personnages réels et imaginaires. Ils formaient la base des créations en mosaïque qui seraient réalisées l’année suivante.

En 2017-2018, un groupe à projet artistique et culturel de niveau quatrième a de nouveau été constitué. Ce groupe PAC était composé de treize élèves sur les vingt-et-un de l’année précédente, toujours sélectionnés sur la base de compétences solidement acquises. Ces élèves ont bénéficié une fois encore d’une heure hebdomadaire inscrite dans leur emploi du temps afin de faire progresser le projet par la réalisation des œuvres en émaux de Briare.

L’année dernière, en 2018-2019, le même groupe composé désormais d’élèves de troisième a poursuivi le travail. Le collage des œuvres directement sur le site a commencé en 2018 et la réalisation de certains panneaux a déjà bien avancé.

D’après le planning prévisionnel, l’œuvre in situ devrait être achevée dans le courant de cette année scolaire avec un nouveau groupe PAC déjà constitué de onze élèves, accepté par le groupe actuel et validé par le principal du collège du Gâtinais-en-Bourgogne.

de nombreux soutiens locaux

Si l’inauguration de l’œuvre achevée est prévue en avril 2020, une petite cérémonie a été organisée dès le 1er juillet dernier afin de rendre hommage aux jeunes artistes avant leur départ du collège. En effet, quand cette oeuvre verra le jour, ce sera grâce à cette cohorte, à son engouement qui ne s’est pas démenti durant trois années et qui s’est souvent traduit par un engagement bien au-delà du temps scolaire obligatoire.

Lors de cette cérémonie, l’enseignant a félicité tous les élèves, qui ont compris l’importance de la bonne volonté et de la valeur de l’effort pour accomplir une telle expérience riche à plus d’un titre. Des élèves qui ont bénéficié d’une pratique artistique exigeante durant plusieurs années, au point que l’un d’entre eux est resté impliqué dans le projet après son passage au lycée.

Au cours de cette célébration, Éric Ehrsam a également salué tous les acteurs ayant contribué à la concrétisation de ce projet inter-degrés, que ce soit dans sa dimension créative ou technique. Le coordonnateur du projet a remercié la municipalité de Saint-Valérien, qui finance le projet et apporte une aide logistique, et notamment le maire Jérôme Cordier ainsi que les services techniques de la ville, sans oublier Gérald Fayon, le principal du collège, pour la gestion administrative du dossier, ainsi que les agents techniques du collège. Le professeur a insisté sur l’aide des parents d’élèves pour l’organisation des différents déplacements sur le site de l’école. Il a enfin souligné le soutien des établissements Baudry à Sens-Maillot, la miroiterie Piaget à Sens-Maillot et la boutique Junkers à Briare. Ce projet culturel n’aurait pu être poursuivi sans une réelle implication de ces partenaires.

L’enseignant a conclu sur une citation de l’artiste, Niki de Saint-Phalle : J’aime le rond. J’aime le rond, les courbes, l’ondulation, le monde est rond, [...]. Je n’aime pas l’angle droit, il me fait peur. [...] Je n’aime pas la symétrie. J’aime l’imperfection. Mes cercles ne sont jamais tout à fait ronds. C’est un choix, la perfection est froide. L’imperfection donne la vie, j’aime la vie. L’imaginaire c’est mon refuge, mon palais. [...] L’imaginaire est l’arc-en-ciel, le bonheur est l’imaginaire, l’imaginaire existe.

"Réjouir le cœur et les yeux pour rendre tout le monde heureux", puissent les créations artistiques des écoliers et collégiens de Saint-Valérien tenir toutes leurs promesses !

article proposé par Éric Ehrsam, professeur d’arts plastiques au collège du Gâtinais-en-Bourgogne et coordonnateur du projet


Voir en ligne : article de l’Yonne Républicaine

Galerie