search

Accueil > EAC en actions > Saône-et-Loire > Des documentaires animaliers décalés au lycée la Prat’s à Cluny

Des documentaires animaliers décalés au lycée la Prat’s à Cluny

mardi 2 juillet 2019, par Annabelle Renoud

Durant le second semestre de l’année scolaire 2018-2019, l’association Cinépause a proposé de mener avec le groupe de seconde Littérature et Société du lycée La Prat’s un atelier de réalisation documentaire autour du thème du film animalier et de son détournement. Des cinq photomontages ainsi réalisés par les élèves, l’un d’eux a été sélectionné pour le concours de courts-métrages amateurs du Festival Ciné-Pause de Donzy-le-National. Le film intitulé "Les latinistes, une espèce en voie de disparition" sera diffusé le jeudi 8 août prochain.

L’association Ciné-Pause, organisatrice du festival de cinéma éponyme à Donzy-le-National est investie dans une démarche d’éducation à l’image auprès de tous les publics, scolaire notamment. Durant le second semestre 2018-2019, elle a proposé au groupe de seconde littérature et société du lycée La Prat’s un atelier de réalisation documentaire autour du thème du film animalier et de son détournement. Pour mener à bien ce projet au confluent des parcours EAC et citoyenneté, Ciné-Pause a travaillé en partenariat avec l’association CinéRessources 71.

L’atelier avait pour objectif de faire découvrir aux élèves le genre cinématographique documentaire par l’approche critique des images et des sons, par l’apprentissage de techniques audiovisuelles et par l’initiation à l’écriture cinématographique et à la réalisation. Sa singularité tenait au choix documentaire animalier, un genre où la dérive anthropomorphique n’est jamais loin mais qui permet une réflexion sur la place de l’homme dans sa relation avec le monde animal. Aborder le documentaire animalier permet se décentrer en envisageant le point de vue de cet "autre", et ainsi de nous questionner sur notre usage du monde.

L’étude du genre et le parti pris de son détournement ont amené les lycéens à se positionner comme observateurs de leur propre environnement, de leurs pairs, avec cette contrainte de ne pas pouvoir communiquer avec les individus qui l’habitent. Le travail cinématographique a alors consisté à se questionner sur les choix interprétatifs, les points de vue et le ton à adopter. La distanciation, le décalage et l’humour ont semblé des pistes stimulantes car ils permettaient d’aborder la réflexion sur nos propres comportements avec une part de recul et d’autodérision. À travers l’autre, ne serait-ce pas un peu de nous-mêmes que nous observons ?

un cycle complet de réalisation

L’atelier de réalisation s’est déroulé sur un trimestre pendant onze séances d’1h30. Dans un premier temps, les lycéens et l’intervenant ont abordé les différentes notions nécessaires à la réalisation d’un film ou d’un photo-montage documentaire. Des concepts techniques ou narratifs tels que les choix de cadrage, le traitement du son, la nature du commentaire off et de son impact, les effets de montage par succession ou juxtaposition ont été étudiés par le biais d’exemples partagés. Les films Récréation, de Claire Simon, Lettre de Sibérie, de Chris Marker, Spirales , de Marie Daniel, ainsi que des courts-métrages de Artavazd Pelechian et autres, ont fait partie des références vues et discutées par le groupe.

Dans un deuxième temps, les différents groupes ont élaboré le scénario de leur film collectif en s’appuyant sur l’observation de leur environnement pour jouer avec le genre à partir de l’idée directrice : "Quel animal social sommes-nous ?"

Les étapes suivantes ont consisté en des prises de vues, en autonomie ou avec les professeurs référents, leur visionnage collectif et l’élaboration des prises de sons. Réalisés avec l’intervenant, le montage a donné lieu à d’ultimes visionnages et ajustements.

L’ensemble de ce projet a été mené par Isabelle.Grandazzi-Eulry, professeure de lettres, et Christelle Chauvot, professeure documentaliste. Les professionnels qui sont intervenus auprès des élèves sont Absinte Abramovici, chargée d’action culturelle et audiovisuelle, Yannick Coutheron, réalisateur et monteur, Brice Notin, réalisateur, metteur en scène et comédien et Julia Pinget, réalisatrice et preneuse de son.

Le matériel utilisé pour les prises de vues photographiques a été pour l’essentiel celui des élèves, qui ont également pu manipuler un appareil photo Reflex Panasonic GH3 appartenant à un des intervenants. Les prises de son ont été réalisées avec des .

Sensibilisés à la question de la construction sonore, les élèves ont établi une liste d’ambiances, de bruitages, de voix, de chants et de musique. Cela a justifié l’utilisation d’un matériel professionnel (enregistreurs Zoom H4, Tascam DR70 et micros Audiotechnica et Sennheiser) afin de procéder aux divers enregistrements. Le montage final a été réalisé avec le logiciel Final Cut Pro.

visionnement des photomontages

L’ensemble des réalisations des élèves est visible sur Viméo. Mot de passe : LAPRATS

- Les latinistes en voie de disparition : photo-montage sélectionné pour le Festival Ciné-Pause. Une projection aura lieu le 8 août à 10h30, salle du Four à Pain à Donzy.

- Vivre comme les humains

- Les Araignées

- Métamorphose

- L’Ours

article proposé par Christelle Chauvot, professeure documentaliste et référente culture