search

Accueil > EAC en actions > archives > 2018-2019 > Yonne > Collège Miles de Noyers (Noyers-sur-Serein) - Des "corps imaginaires" au (...)

Collège Miles de Noyers (Noyers-sur-Serein) - Des "corps imaginaires" au Musée de Noyers

mercredi 12 juin 2019, par Vanessa Gaillet

Le mercredi 15 mai 2019, des statues se sont animées pour accompagner les visiteurs dans une promenade insolite à travers les trois étages du Musée des Arts naïfs et populaires de Noyers-sur-Serein. En prélude à la Nuit des Musées, le programme proposé par les élèves de cinquième du collège Miles de Noyers a permis de découvrir les collections par le biais du corps, de la voix et du chant.

Les visiteurs ont pu observer les réalisations chorégraphiques inspirées des œuvres du musée et accompagnées de créations sonores réalisées avec les voix des élèves et de celle de Marie Moreau, agent du patrimoine commentant les œuvres lors d’une visite.

Ce mariage du corps et de la voix a habité le musée le temps d’une visite pour en faire l’expression des "corps imaginaires". C’est, en effet, par cette entrée singulière qu’une classe de cinquième du collège Miles de Noyers a pu vivre cette expérience proposée dans le cadre d’un projet initié dans le cadre du Contrat Local d’Éducation Artistique du Pays avallonnais, et qui a concerné trois classes de l’Avallonnais.

La compagnie Petite Foule Production a présenté un projet motivé par le désir de faire découvrir les musées à travers un parcours créatif où le corps et la voix des élèves font œuvre collective avec les œuvres choisies.

faire corps avec les œuvres

Deux artistes ont accompagné les élèves dans la création de ce parcours : Marine Colard, metteuse en scène et créatrice sonore qui a fondé la compagnie Petite Foule Production en 2017, et Sylvain Ollivier, danseur et chorégraphe formé au CNDC d’Angers. Ensemble, ils ont fait travailler les élèves sur le mouvement de leur corps et leur capacité à s’affranchir du regard des autres.

Après un temps d’observation, les élèves ont été amenés à parler, à chanter, à danser les œuvres. C’est en faisant corps avec certaines d’entre elles qu’ils ont réussi à les faire vivre et à les animer. Le mercredi 15 mai, il ne s’agissait pas de faire visiter le musée mais bien d’en faire partie.

article proposé par Marine Colard et Nabila Kobeissi,référente culture


Voir en ligne : site de la compagnie Petite Foule Productions