search

Accueil > EAC en actions > Saône-et-Loire > Agamem… non ! par la cité scolaire de Louhans et le collège de (...)

Agamem… non ! par la cité scolaire de Louhans et le collège de Cuisery

jeudi 18 avril 2019, par Annabelle Renoud

Depuis trois ans, les enseignantes de lettres classiques de la cité scolaire de Louhans et du collège Les Dîmes à Cuisery mènent une liaison collège-lycée autour du latin afin d’inciter leurs élèves à poursuivre l’option LCA en seconde. À cet effet, elles ont lancé leurs élèves dans des "battles" d’héroïdes latines, sur le modèle d’Ovide. Ce petit projet est devenu un ambitieux spectacle de théâtre, qui a pu voir le jour dans le cadre de l’appel à projets PEAC de l’académie de Dijon.

Fanny Meunier et Marguerite-Marie Harrouet, enseignantes de lettres classiques respectivement à Louhans et à Cuisery, ont souhaité donner de l’envergure à leur action et participer ensemble au Festival Européen Latin-Grec qui se tient chaque année à Lyon. En mai-juin 2018, après avoir appris que le thème 2019 serait l’Iliade, elles ont cherché un texte théâtral latin qui s’inscrirait dans ce large cadre. Le choix s’est porté sur Agamemnon de Sénèque.

La comédienne Peggy Locussol a ensuite rejoint les enseignantes pour monter un projet d’écriture et de création théâtrale avec les latinistes de troisième de Cuisery et ceux de Louhans de la quatrième à la terminale. Des dossiers de présentation ont été rédigés afin d’obtenir les subventions nécessaires à la concrétisation de ce projet.

une pratique artistique à tous les niveaux

Dès le mois de septembre, Peggy Locussol est venue rencontrer les élèves, les connaître, les sensibiliser à la pratique théâtrale sur une heure de latin par semaine. Les élèves ont pu bénéficier de vingt-cinq heures d’intervention en classe de troisième pour Cuisery et autant pour chaque niveau à Louhans grâce au soutien de l’académie de Dijon dans le cadre de l’appel à projets PEAC. L’autre heure était dévolue à la découverte du texte de Sénèque et à sa réécriture au fil des remarques et interrogations des élèves.

Chaque groupe s’est occupé d’une scène : le but était de mêler le texte original en latin et en traduction aux interventions des élèves pour expliciter les mythes évoqués : naissance de Clytemnestre et d’Hélène, douze travaux d’Hercule, suppliciés du Tartare... Au fil du temps sont apparus les personnages du psy, du commentateur sportif, du fan d’Harry Potter… En effet, sous l’impulsion de Peggy Locussol dont le grand pari était de mélanger les groupes, les établissements et les genres et de donner un rôle parlant à chacun des 78 élèves du projet, le texte n’a cessé d’évoluer jusqu’à la dernière minute, passant d’ailleurs d’Agamemnon… non ! à Agamem… non.

L’intervenante a également fait en sorte d’utiliser les talents de chacun : six latinistes- musiciens ont donné une ambiance et rythmé la pièce, ne rechignant pas devant les heures de répétition, et les classes de 1ère L option arts plastiques ont créé des accessoires permettant d’identifier les personnages.

En février, une première répétition le temps d’un mercredi après-midi a réuni l’ensemble des protagonistes participant au projet. S’ils connaissaient leur texte, leur scène, les élèves ne se connaissaient pas et le "mélange" n’a pas tout de suite pris. Cependant, les deux répétitions suivantes ont rassuré les enseignantes : chacun a mis du sien, s’est apprivoisé, mais cela a pris du temps au point qu’à la veille de la grande première à Lyon, la pièce n’avait pas encore été jouée en entier !

mobilisation générale !

Le 21 mars, deux bus ont quitté Louhans à 8h00 du matin pour prendre les élèves à Cuisery et partir au FELG à Lyon. Après une matinée de visite dans la ville, direction la MJC de Montchat, salle Barbara, pour enfin faire la première et dernière répétition générale. Il a fallu pallier les absences imprévues de certains, régler des problèmes techniques jusqu’à la dernière minute, puis le spectacle a eu lieu devant des parents, des festivaliers, des élèves de Vénissieux. Les élèves se sont mobilisés pendant une heure et quart, ont donné le meilleur d’eux-mêmes et ont été copieusement applaudis. Les parents eux-mêmes ont avoué après coup qu’ils ne s’attendaient pas à ce que le spectacle soit d’une qualité si professionnelle, notamment grâce au régisseur Mikaël Gorce. L’enthousiasme des élèves a conquis la salle.

Étant donné l’ampleur du projet, il n’était pas question de ne donner qu’une seule représentation. Dès le lendemain après-midi, c’est au tour des élèves de Cuiseaux, de Cuisery et de Louhans de découvrir la pièce au théâtre de Louhans. Des rires ont fusé dans la salle, même si l’action était parfois un peu complexe, puis sont venues les questions sur le texte, le travail des musiciens, des acteurs. La bonne humeur a régné sur le chemin du retour. Et le soir, nouvelle représentation pour les parents, amis, etc. Les élèves étaient fatigués mais se sont donnés à nouveau avec cœur.

"une belle étape du PEAC"

Dans ce projet, il y a certes le désir de deux professeurs, le talent d’une comédienne-metteuse en scène mais il y a aussi l’engagement de soixante-dix-huit élèves qui ont donné de leur temps et de leur personne et qui ont fait vivre ce projet, grâce aussi à leurs parents qui, ne les oublions pas, se sont rendus disponibles.

Cette aventure est une belle étape du PEAC pour tous les collégiens. Elle leur a permis de rencontrer une artiste-comédienne, de découvrir des métiers du théâtre aussi : metteur en scène, régisseur ou accessoiriste (ce que sont d’ailleurs devenus les élève 1ère L), et de pratiquer un art vivant, plus vivant que jamais pour eux d’ailleurs. C’est pourquoi, certains élèves de troisième vont présenter leur expérience pour l’oral du brevet, portant ainsi une réflexion critique sur ces six mois consacrés au spectacle avec des questionnements fertiles comme : "Comment peut-on s’emparer d’une tragédie pour en faire une comédie ?" ou encore "Que nous a apporté cette aventure théâtrale ?" C’est une nouvelle preuve de l’investissement des élèves.

Du point de vue des enseignantes, ce fut une vraie fierté de voir ces jeunes engagés, motivés, prêts à sacrifier des après-midis pour répéter, et une vraie joie de les voir s’épanouir sur scène.

article proposé par Marguerite-Marie Harrouet, professeur de lettres classiques et coordinatrice du projet


Voir en ligne : le projet sur le site de la cité scolaire Henri Vincenot à Louhans