search

Accueil > ressources > ressources par domaines > patrimoine > Le 1% du côté de l’artiste : entretien avec Laurent Gueneau

Le 1% du côté de l’artiste : entretien avec Laurent Gueneau

lundi 1er avril 2019, par Guillaume Capou

Chaque œuvre relevant du 1 % artistique est pensée en fonction du lieu qui l’accueille. Si les choix esthétiques qui président à sa création peuvent laisser une empreinte à la fois durable chez les élèves et les personnels qui la côtoient au quotidien, qu’en est-il des artistes qui en sont à l’origine ? Quels souvenirs en conservent-ils ? Le photographe Laurent Geneau, auteur du 1% du collège Miles à Noyers-sur-Serein, témoigne sur le rapport qu’il conserve avec son œuvre.

Le 22 septembre 2016, les élèves du collège Miles découvraient le 1% artistique de leur établissement, une large fresque circulaire de Laurent Gueneau présentant des photographies d’élèves et de Noyers à différentes époques. Trois ans plus tard, l’artiste photographe natif de Tonnerre revient sur sa création et sur le rapport qu’il entretient avec son œuvre.

- Aviez-vous donné un titre à votre œuvre ? Si tel n’est pas le cas, pour quelle raison ?

Laurent Gueneau : C’est tout simplement "La fresque du collège". J’ai choisi d’associer le nom à la forme de l’œuvre du fait de sa présence monumentale.

- En quelques mots, quel souvenir conservez-vous de ce projet ?

LG : La collecte des images m’a fait partager des moments très touchants avec les habitants. Ils se sont plongés dans leur album de famille et les langues se sont déliées au rythme des souvenirs. Je garde aussi un bon souvenir des portraits de classes. Je pensais qu’il était important d’associer les élèves à cette création pour qu’ils puissent s’y reconnaître. C’est ce qui m’a guidé dans l’élaboration de cette œuvre. J’avais moi-même été collégien dans cet établissement. Je l’ai donc vécu de l’intérieur.


-  Quel lien gardez-vous aujourd’hui avec cette œuvre ?

LG : Le lien qui m’unit à cette œuvre est celui du souvenir, de l’expérience vécue qui me compose et m’enrichit. Une fois finalisée, l’œuvre a sa propre existence et entre en relation avec son public.

- Êtes-vous déjà revenu voir votre œuvre ?

LG : Je suis revenu la voir plusieurs fois la première année puis plus tardivement en compagnie de visiteurs.

- Il semble qu’il s’agit de l’unique 1% que vous avez réalisé. Pourriez-vous nous indiquer quelle en est la raison ?

LG : Cette fresque est en effet l’unique 1% que j’ai réalisé, sans raison particulière, d’ailleurs. Mais je travaille sur d’autres projets réalisés dans le même esprit.

- Comment percevez-vous ce dispositif du 1% artistique en ce qu’il permet à des élèves de bénéficier de la présence d’une œuvre d’art dans leur établissement ?

LG : Les 1% introduisent l’art dans l’espace public et j’ai la conviction que la présence de ces œuvres est essentielle. Elles intègrent le paysage et finissent par l’incarner. Le public se familiarise naturellement à ces œuvres d’art.

- à lire : Semaine du 1% artistique dans l’Yonne article publié en octobre 2016

entretien réalisé par Guillaume Capou, coordonnateur académique patrimoine


Voir en ligne : plate-forme académique du 1% artistique