search

Accueil > EAC en actions > archives > 2017-2018 > Saône-et-Loire > Collège Henri Vincenot - Louhans : "Un spectacle "monstre""

Collège Henri Vincenot - Louhans : "Un spectacle "monstre""

jeudi 31 mai 2018, par Emmanuel Freund

Depuis 2015, le collège Henri Vincenot accueille ses nouveaux élèves autour d’un projet thématique visant à favoriser l’ouverture culturelle et le "bien vivre ensemble". Cette année encore, les 181 élèves de sixième ont eu le plaisir de participer à cette action fédératrice. Ils sont notamment bénéficié une semaine durant d’interventions d’artistes dans le domaine des arts vivants. Un moment fort qui a abouti, le 9 mars 2018, à la représentation d’un spectacle sur le thème du monstre.

"Au loin, j’ai vu un monstre. M’approchant, j’ai vu un homme, lui parlant, j’ai trouvé un frère."

C’est à partir de ce proverbe indien que s’est élaboré le projet de cette année et le spectacle qui en a été l’aboutissement à destination des collégiens puis de leurs familles, au gymnase Jesse Owens, à proximité de la cité scolaire de Louhans.

Après "La petite poule rousse", "Alice au pays des merveilles", "Leuk le lièvre", "Peter Pan", le thème "Monstres" a rassemblé, du 2 au 9 mars 2018, tous les élèves de sixième au cours d’une semaine banalisée qui leur a permis de s’initier au cirque, au théâtre, à la danse contemporaine, à la musique ou même au hip-hop. Cette semaine a mobilisé de nombreux intervenants artistiques issus des compagnies Pièces et main d’œuvre, Roulottes en chantier et Fleximpact, sans oublier le musicien et arrangeur Hocine Benameur.

Être anormal, créature fantastique, monstre physique et monstruosité intérieure : l’enjeu du projet était de donner à voir et à comprendre les différentes facettes du monstre afin de rendre possible la traversée des apparences seule à même de donner accès à l’autre. Cette réflexion fertile s’est prolongée dans le domaine de l’histoire des arts par une interrogation sur les possibles intentions motivant la représentation artistique de la difformité.

un projet d’ouverture culturelle au croisement des parcours éducatifs

En effet, la transversalité est au cœur de ce projet qui s’inscrit à la croisée des parcours citoyens et culturels des jeunes élèves, comme en témoignent ses multiples déclinaisons pluridisciplinaires.

En français, ce thème inscrit au programme a permis d’effectuer des travaux de lecture et d’expression autour de figures monstrueuses présentes dans la littérature, de L’Odyssée à Harry Potter, et au cinéma avec Edward aux mains d’argent, de Tim Burton. Cette exploration a notamment abouti à l’invention des paroles d’un "Chant des sirènes", intégré au spectacle.

Les arts plastiques ont particulièrement été convoqués avec la réalisation des décors et d’accessoires pour le spectacle qui a permis de varier les représentations de monstres, d’ombres monstrueuses, de créatures hybrides et de fabriquer des prothèses déformantes invitant les élèves à "sculpter monstrueusement" leur propre corps.

Les autres disciplines n’ont pas été oubliées, comme les langues vivantes qui ont amené les élèves à mieux découvrir la tradition d’Hallowe’en et à participer à une animation pédagogique en anglais sur la "cuisine monstrueuse" réalisée par des élèves de troisième. Dans le domaine scientifique, c’est le questionnement sur le sens génétique du mot "hybride" qui a été privilégié, tandis que l’EPS a favorisé le travail sur les postures et les déplacements du monstre.

un impact fédérateur sur l’ensemble de la communauté éducative

En s’étendant sur le temps périscolaire, le projet a renforcé sa portée citoyenne avec la mise en œuvre au cours de l’année de différentes actions destinées à sensibiliser les élèves aux valeurs de solidarité et d’engagement : collecte de fournitures scolaires pour les enfants de Tunisie, participation au Téléthon.

Une enquête menée auprès des élèves de sixième à l’issue du projet a établi un bilan très positif, aussi bien en termes de satisfaction sur le déroulement du projet et l’ambiance positive qu’il a générée qu’en termes de découvertes artistiques et d’apprentissages pédagogiques. Des résultats édifiants et cruciaux pour une population rurale éloignée de la culture. Le fait de donner accès à l’ensemble d’une cohorte des connaissances, des rencontres et des pratiques artistiques auxquelles elle n’aurait pas accès autrement contribue à faire du collège un véritable pôle fédérateur non seulement pour les jeunes, mais également pour la communauté éducative tout entière. D’ailleurs, le spectacle est devenu un rendez-vous annuel incontournable pour les familles des élèves de sixième, au point d’excéder la capacité d’accueil du gymnase Jesse Owens…

Afin de prolonger ces effets et de donner une nouvelle dimension au projet, il est envisagé de l’étendre au niveau de la liaison cycle 3. L’équipe pédagogique envisage en effet d’inviter les élèves de CM2 des écoles du secteur à la représentation en journée, ainsi que d’exposer des travaux qu’ils auraient réalisés sur le futur thème de 2018-19.

article réalisé sur la base du compte-rendu proposé par Christa Coulon, professeur d’arts plastiques et référent culture du collège de Louhans