search

Accueil > événements > en Côte-d’Or > Lycéades 21, édition 2018 : passions amoureuses et langue impossible

Lycéades 21, édition 2018 : passions amoureuses et langue impossible

mercredi 14 mars 2018, par Amélie Tissier

Initiées en 2014, les Lycéades 21 sont la rencontre des classes de premières et de terminales d’options théâtre des lycées du département de la Côte-d’Or. Les deux sessions de la saison 2017-2018 se sont tenues du 30 janvier au 2 février à La Minoterie, sous le parrainage du comédien et metteur en scène Matthieu Cruciani. Le travail portait sur son spectacle Andromaque (Un Amour fou) ainsi que sur le texte de Racine et s’articulait autour du thème "passions amoureuses et langue impossible".

La saison 2017-2018 des Lycéades 21 a réuni 105 élèves de premières et terminales issus de quatre lycées de Côte-d’Or, répartis en deux sessions de deux jours. Ils étaient encadrés par six enseignantes et ont travaillé avec autant d’artistes intervenants : Ludovic Chantraine, Marion Chobert, Anne Cuisenier, Catherine Gourdon, Malika Hsino et Guy Martinez.

Chaque élève a pu bénéficier d’un atelier axé sur la pièce Andomaque (un amour fou) ainsi que sur un corpus d’extraits du texte de Racine, travaillés en amont du stage. Divers aspects du texte et de la mise en scène ont été abordés grâce à des propositions de travail permettant d’approfondir différentes approches du théâtre et les interrogations qu’elles suscitent :
- entrer dans l’œuvre par sa fable ;
- improviser au plateau avec un travail sur le regard et sur l’imaginaire des personnages et des participants ;
- trouver le chant émotionnel de l’alexandrin afin de le respirer, jusqu’au bout du souffle ;
- tenter des allers-retours entre la langue d’aujourd’hui et la langue racinienne ;
- provoquer les corps, créer cet "élan de l’un vers l’autre" qui, comme une idée fixe, peut mener à la folie, questionner le regard, le face à face, les indices de la pensée faciale ;
- rechercher différentes formes d’interprétation en se fixant un objectif de justesse et de compréhension d’un texte en vers ;
- se demander comment on dit les passions amoureuses, l’amour fou : avec quelle langue, avec quel corps, quelle énergie ?

Les élèves ont assisté au spectacle Andromaque (un amour fou) le soir du premier jour de stage et ont pu rencontrer Matthieu Cruciani le lendemain. Ce fut l’occasion d’échanger avec lui sur ses partis pris de mise en scène ainsi que sur le travail réalisé en ateliers.

A l’issue du stage, une restitution des ateliers a permis à chacun de découvrir le travail mené dans les différents groupes.

- voir la vidéo réalisée par le Théâtre Dijon bourgogne :


Voir en ligne : Lycéades en Côte-d’Or