search

Accueil > Volet culturel et parcours EAC > archives > 2016-2017 > L’Échappée littéraire au lycée La Prat’s à Cluny

L’Échappée littéraire au lycée La Prat’s à Cluny

jeudi 15 juin 2017, par Annabelle Renoud

Lancé il y a neuf ans au lycée La Prat’s, le prix littéraire de la Région Bourgogne-Franche-Comté s’est ancré dans le paysage culturel de l’établissement. Au-delà de l’implication de l’équipe enseignante, un certain nombre de choix pédagogiques explique le succès grandissant de ce dispositif auprès des élèves du lycée.

Depuis 2008-2009, année de sa première participation au Prix littéraire des lycéens et apprentis de Bourgogne, le lycée La Prat’s s’implique de façon, de plus en plus active dans le dispositif rebaptisé depuis 2016 L’échappée littéraire. Simples spectateurs de la cérémonie finale jusqu’en 2010-2011, les élèves ont préparé chaque année une saynète théâtrale à présenter sur la scène de l’Auditorium à partir de 2011-2012. Jusqu’à la saison 2015, le niveau Seconde était le seul à participer, rejoint en 2016 par une classe de Première Sciences de l’Ingénieur.

un déroulement bien rodé

Le Prix est lancé dès le mois d’octobre, où la sélection d’ouvrages de l’année est présentée à la classe par le professeur de lettres et la professeur documentaliste, de façon classique ou théâtralisée. D’octobre à avril, les six romans et les quatre bandes dessinées de la sélection sont totalement intégrés à la progression et à la pratique pédagogiques en classe. L’argumentation et l’écriture critique sont travaillées au travers de l’étude des ouvrages de la liste en cours de français. Elles donnent d’ailleurs lieu à la rédaction d’articles critiques qui font l’objet d’une évaluation. Les rencontres avec les auteurs sont également préparées durant les heures de cours, avec la professeur documentaliste.

La liste des ouvrages est mise à la disposition de toute la communauté éducative grâce au financement par le Conseil régional de quatre collections. Les lectures font l’objet d’échanges et de débats lors des pique-niques littéraires mensuels ou de rencontres plus informelles.

Au mois de février, le projet de présentation pour la cérémonie de remise du prix est soumise à l’acceptation des organisateurs et en avril, les élèves votent pour leurs ouvrages préférés – un roman et une BD – par le biais d’Internet. Par ailleurs, le Prix est présenté par les élèves lors de la journée portes ouvertes de l’établissement.

De janvier à juin a lieu la préparation de la cérémonie finale à partir d’un trame proposée par les professeurs de lettres, de documentation e de sciences de l’Ingénieur. Les élèves volontaires s’engagent à monter sur scène ou à apporter leur aide (costumes, mise en scène, décors, bande son…). Ces élèves font évoluer la trame et participent à l’écriture de la saynète en fonction de deux contraintes. D’une part, le ton est celui de la dérision, du décalage et du second degré. D’autre part, il s’agit de montrer que sciences et littérature font "bon ménage".

croisement des disciplines et second degré

Au sein d’un lycée historiquement marqué par la prédominance de l’enseignement scientifique, L’échappée littéraire a dynamisé les emprunts d’ouvrages de littérature contemporaine, qui étaient complètement délaissés avant 2008. D’ailleurs, il est noté que la rencontre avec une littérature contemporaine de qualité permet à certains élèves de se réconcilier avec la lecture. Lors d’un conseil de classe, un délégué élève a fait part de la satisfaction de l’ensemble de la classe, y compris des élèves les plus éloignés de la lecture, quant à la participation au Prix : « Je n’ai jamais entendu quelqu’un de la classe se plaindre parce qu’il fallait emprunter un des livres. Même ceux qui aiment pas trop ça, lire, ils trouvent que c’est bien de participer. »

En outre, le parti-pris du second degré dans la préparation de la saynète induit une analyse approfondie de l’œuvre ou des œuvres choisies afin de parvenir à se détacher de l’histoire et à prendre un recul réflexif sur les travers de la société qu’elle révèle ou qu’elle dénonce. En 2016-2017, par exemple, la saynète abordait le thème des théories complotistes et de la désinformation, de la dichotomie entre croyance et connaissance.

L’implication des professeurs de Sciences de l’Ingénieur dans le projet a ajouté une dimension pédagogique supplémentaire, puisqu’elle permet de créer des ponts entre l’enseignement scientifique et la littérature. Exemple parmi d’autres, pendant l’année 2015-2016, les élèves ont travaillé sur la programmation du robot Nao, qui est intervenu sur scène, et sur la programmation d’un système électrique faisant partie du décor. Lors de la restitution finale, le fait de découvrir les adaptations théâtrales et les vidéos des autres lycéens est également très enrichissant et suscite souvent discussions et débats.

« S’il y a un truc du lycée dont je me rappellerai, c’est le prix littéraire. »

Au-delà de son intérêt pédagogique, la participation à ce prix représente une expérience humaine extraordinaire.
Les rencontres souvent très fortes avec les auteurs permettent aux lycéens de découvrir des profils très hétéroclites, et les discussions toujours appréciées donnent parfois lieu à des échanges marquants.

L’échappée littéraire contribue à créer de la cohésion au sein de la classe et du groupe de volontaires qui se lance dans la préparation de la cérémonie. En 2017, vingt élèves sur vingt-huit ont répondu présents pour la réalisation de la saynète qui s’est déroulée sur le temps de la pause déjeuner du vendredi. Des élèves ont été présents chaque semaine, pour conseiller, aider, soutenir ou remplacer leurs camarades en cas de besoin, ce qui a d’ailleurs suscité des moments privilégiés de partage, d’éclats de rire, de stress aussi !

La préparation de cette restitution renforce la confiance en soi chez les élèves-comédiens car il s’agit d’une véritable performance que de se lancer sur une scène face à plus de mille spectateurs. En 2015, Romain, un élève de Terminale qui avait participé au Prix deux ans plus tôt, témoigne : « Le Prix littéraire, c’est comme le bac : on stresse, on stresse, on se dit qu’on n’y arrivera pas et puis on se lance parce qu’on ne peut plus reculer, et c’est comme s’il y avait une force qui nous pousse ! Et là, on est fiers ! »

La participation à ce prix est inscrite institutionnellement au volet culturel du projet d’établissement, mais elle appartient maintenant réellement à l’ADN du Lycée La Prat’s…

contact

Pour l’équipe enseignante, Mme Lempereur, MM. Barge et Brague :

Christelle Chauvot, professeur documentaliste, référent culture au lycée La Prat’s christelle.chauvot@ac-dijon.fr

article proposé par C. Chauvot

- visionner un extrait de l’édition 2016 :

cérémonie de remise des prix