Accueil  >  Volet culturel et parcours EAC > David Carkeet, un Américain à Toucy

Rubrique établissements en actions

David Carkeet, un Américain à Toucy

Le 20 mai 2017 - Laurence Rauline

Vendredi 19 mai 2017, dans le cadre du festival Caractères d’Auxerre, l’auteur américain David Carkeet a rencontré des élèves de Première et de Terminale littéraires du lycée Pierre Larousse de Toucy. L’année dernière, c’était Paul Beatty, écrivain américain également, qui était venu présenter l’un de ses romans. Ces rencontres constituent toujours un moment fort d’échanges et de découvertes rendu possible par Grégoire Courtois, organisateur du festival.

David Carkeet a présenté son roman Double Negative (Le Linguiste était presque parfait, pour la traduction française) aux élèves qui l’avaient étudié auparavant avec leur professeur d’anglais, Mme Fiquet. Effectué dans le cours de littérature étrangère, ce travail d’analyse a permis de situer Jérémy Cook, le personnage principal, comme un avatar comique du détective par excellence : Sherlock Holmes. Dans le roman, Cook apparaît aussi comme un séducteur timide, dans la lignée d’autres personnages comme M. Darcy, le gentleman d’Orgueil et Préjugés, de Jane Austen. Intégrée au programme, la rencontre avec l’auteur permettra certainement aux élèves de valoriser leur travail dans quelques semaines, lors de l’épreuve du baccalauréat,

M. Vernois, professeur de philosophie de la classe de Terminale, a présenté l’œuvre en réfléchissant avec les élèves sur le langage, ses pouvoirs de révélation et de manipulation. Dans le roman, il est effectivement question du processus d’acquisition du langage par les enfants et de ce que les mots peuvent dissimuler.

des échanges divers et fructueux

Après une brève présentation, David Carkeet a répondu aux très nombreuses questions des élèves. Il a expliqué son parcours d’écrivain et ce qui a motivé son projet d’écriture du roman, sur lequel il a travaillé pendant cinq ans. Insistant sur le plaisir d’écrire, l’auteur a parlé de la réalisation d’un livre comme d’une aventure dans laquelle il se lance sans savoir précisément où elle va le mener. En commençant son roman, il ne savait pas quelle en serait la fin et ne connaissait pas lui-même l’identité du meurtrier !

Sa vie personnelle lui a apporté des sujets importants de réflexion et d’inspiration. Son œuvre comporte des allusions autobiographiques. A mesure qu’il avançait dans son récit, David Carkeet a pu, par exemple, observer comment ses filles apprenaient à parler, ce qui explique en partie son intérêt pour le babil des tout-petits.

L’écrivain a aussi invité chacun à se méfier de toute surinterprétation de ses œuvres : il veut avant tout faire sourire tout en entraînant le lecteur dans des mystères à résoudre. Le choix des noms de ses personnages témoigne de son goût du jeu. Ces noms sont d’ailleurs très difficiles à traduire car ils comportent des plaisanteries et laissent place à la fantaisie. Il a d’ailleurs rappelé que toute traduction était forcément impuissante à rendre la vivacité du style de la langue originelle.

une réflexion alerte et critique

Écrire, c’est aussi faire partager des idées. D. Carkeet n’a pas manqué de livrer un point de vue sévèrement critique sur l’Histoire, tout comme sur l’actualité américaine. Il a précisé que l’un des personnages du roman, aussi autoritaire que paranoïaque, était une référence à l’ancien président Richard Nixon. À son regard de linguiste n’échappent pas non plus les difficultés du président Trump à formuler une pensée claire, dans un vocabulaire riche et précis. Il sait bien que la lecture n’est pas une activité que tous savent apprécier. Il répond plaisamment, en français, à un élève qui lui demandait si ses romans avaient du succès aux Etats-Unis : "Comme ci, comme ça...". Son œuvre, traduite dans de nombreux pays étrangers, fait toutefois l’objet d’une vraie reconnaissance internationale.

Les élèves du lycée ont tous été séduits par le comique du roman et l’esprit de l’auteur, qui les a encouragés à s’exprimer en anglais avec gentillesse et simplicité. Ils ont profité de cette riche rencontre comme d’une invitation au voyage et à la lecture.

Voir en ligne : Caractères, le Festival littéraire international d’Auxerre

juillet 2017 :

juin 2017 | août 2017


DAAC ACTU

Lettre CAScAD
@daacdijon sur twitter
Fil d'info

Services en ligne

Site académique CSTI
Site arts et culture 71
Site arts et culture 89

Les plus populaires

  • Une œuvre au rectorat - appel à productions : (100 %)
  • Archives municipales de Dijon : (86 %)
  • Culture Arts et Sciences dans l’Académie de Dijon : (73 %)