Accueil  >  Volet culturel et parcours EAC > Dispositif ULIS du collège Albert Camus - un projet "hors les normes"

Rubrique établissements en actions

Dispositif ULIS du collège Albert Camus - un projet "hors les normes"

Le 3 décembre 2016 - Laurence Rauline

Se laisser enrôler dans une nouvelle aventure, s’interroger, se rencontrer, s’ouvrir à l’autre, communiquer, créer ensemble dans le respect de chacun... Tel est le défi lancé aux douze jeunes du dispositif ULIS du collège Albert Camus à Auxerre avec un projet d’une année axé sur l’art brut à partir des œuvres de la Fabuloserie.

Un des objectifs majeurs de l’ULIS consiste à encourager l’inclusion tout en constituant une vraie unité. Souffrant tous de troubles « dys », les jeunes qui fréquentent le dispositif sur des moments définis dans l’emploi du temps ne se trouvent jamais ensemble en même temps. C’est pour cette raison que l’équipe organise chaque année un projet spécifiques, encadré cette année par la coordinatrice ULIS, un professeur d’arts plastiques ainsi que l’AESH (Accompagnant des Elèves en Situation de Handicap) collectif.

« Prolifération : carré Bourbon » est l’intitulé de ce projet qui se déroule sur l’ensemble de l’année scolaire. Il conduira tout d’abord les élèves à élaborer un parcours Angles de vue sur le musée de la Fabuloserie. Les jeunes testeront eux-mêmes leur parcours artistique et ludique en fin d’année lors d’une seconde visite au musée.

Il s’agit également de faire une œuvre collective d’art brut sur le modèle de L’Hommage à Alain Bourbonnais de Simone Le Carré. A partir de matériaux de récupération choisis, comme un vieux meuble à roulettes qui abritait autrefois un téléviseur, les élèves créeront une sculpture monumentale à laquelle sera intégrée un parcours sonore relatant les commentaires et les impressions des élèves sur leur propre réalisation.

une sensibilisation progressive à l’art « hors les normes »

Le déroulement de ce projet est jalonné de séances de travail hebdomadaires et de trois sorties à la journée. La première d’entre elles s’est déroulée le 19 septembre 2016 dans le musée et le jardin extraordinaire de la Fabuloserie. Les élèves y ont découvert la vie et l’œuvre de Simone Le Carré puis ont investi les différentes salles d’exposition fin d’u prendre notes photos, l’enjeu étant de réunir le matériau constitutif du parcours numérique. .

Surprise pour tous, questionnement, voire un certain malaise pour quelques uns : vives ont été les réactions des élèves face à cette œuvre singulière. De retour au collège, une séance de bilan a permis de croiser leurs impressions et d’approfondir leur connaissance de l’œuvre de Simone Le Carré en découpant, reconstituant et analysant une reproduction de son Hommage à Alain Bourbonnais de afin d’en repérer les différents matériaux de récupération.

La réalisation collective du parcours numérique Angles de vue permet à chaque groupe de deux élèves en charge d’une salle du musée de sélectionner leurs œuvres préférées et de trier les photos prises pendant la visite. Constitué d’enregistrements sonores en accompagnement des documents visuels, le parcours est l’occasion pour chacun de compléter une carte mentale destinée à faire la synthèse des points essentiels concernant les choix opérés avant de s’exercer à l’oral.

collectes d’objets et d’impressions

La carte mentale est l’outil qui a également utilisé lors des étapes suivantes du projet, cette fois dans un objectif de réflexion et d’enrichissement culturel. Le jeudi 6 octobre, lors d’une deuxième sortie, dans le centre ville historique d’Auxerre, les élèves ont eu l’occasion de contempler le tympan de la cathédrale Saint-Étienne. Sensibilisés à la notion d’assemblage, ils ont été en mesure d’établir des rapprochements avec l’œuvre de Simone Le Carré. Ils ont ensuite visité l’exposition du Festival Handy Art à l’Abbaye Saint Germain : sur le thème du héros, les œuvres sont pour la plupart des réalisations de personnes en situation de handicap, ce qui leur a permis de faire le lien avec leur projet.

Après la phase de sensibilisation à l’œuvre et à ce qui la constitue est venue l’étape de la collecte de ces matériaux. Le mardi 22 novembre, après avoir préparé des gâteaux à partager avec les compagnons d’Emmaüs, les élèves ont été chaleureusement accueillis au sein de cette communauté, dont le responsable, M. Seurre, leur a expliqué le fonctionnement de cette association solidaire. Le groupe a pu avoir accès au lieu de stockage où ils ont observé et manipulé les objets ou les matériaux qui attiraient leur regard. Cette collecte leur a permis réaliser avec plaisir un assemblage de leurs objets pour une petite exposition à laquelle M. Seurre a été invité, au terme d’un moment de convivialité au cours duquel ils ont partagé l’excellent repas de tous les compagnons.

Désormais et pour les semaines à venir, chaque séance de travail s’organise entre la création artistique, la préparation de l’enregistrement et la réalisation effective de celui-ci. Une organisation qui favorise l’acquisition de diverses compétences et qui semble avoir séduit l’ensemble des jeunes, y compris ceux qui étaient initialement peu motivés par le projet. Aujourd’hui, tous les élèves du groupe sont heureux de se retrouver, et montrent une envie réelle envie de créer au sein du groupe solide et solidaire qu’ils ont constitué.

Voir en ligne : présentation de la Fabuloserie à Dicy

août 2017 :

juillet 2017 | septembre 2017


DAAC ACTU

Lettre CAScAD
@daacdijon sur twitter
Fil d'info

Services en ligne

Site académique CSTI
Site arts et culture 71
Site arts et culture 89

Les plus populaires

  • Centre d’art graphique de la Métairie Bruyère - Parly : (100 %)
  • Culture Arts et Sciences dans l’Académie de Dijon : (82 %)
  • Géolocalisation des structures culturelles en Bourgogne : (71 %)