search

Accueil > EAC en actions > archives > 2015-2016 > Nièvre > Collège Aumeunier-Michot - La Charité-sur-Loire : "Sur les traces du peintre (...)

Collège Aumeunier-Michot - La Charité-sur-Loire : "Sur les traces du peintre Jongkind"

lundi 20 juin 2016, par Thierry Mourot

Au collège Aumeunier-Michot, une classe de 4e redécouvre son environnement proche grâce aux œuvres et aux regards croisés de deux artistes aux parcours parallèles. Sur les traces du peintre Jongkind, accompagnés par le photographe Alain Cornu, les élèves proposent une exposition livrant le fruit de leurs découvertes au Cellier des moines de la Charité-sur-Loire.

Les hasards de la vie ont amené le peintre Jongkind (1819-1891) à s’installer très jeune à Paris, à parcourir la Nièvre dans les années 1870 et à laisser des chefs d’œuvre témoignant de son attrait pour cette région. Un siècle et demi plus tard, Alain Cornu, photographe au talent reconnu, travaille à Paris mais revient parfois dans la campagne nivernaise où il capte, derrière l’objectif photographique, la singularité poétique des paysages qu’il parcourt.

Les 4e 5 du collège Aumeunier-Michot, à La Charité-sur-Loire, songeant à l’intérêt d’une rencontre entre les deux artistes, ont invité le photographe à suivre leurs pas sur les traces de Jongkind.

Le projet, sélectionné dans le cadre du dispositif académique Patrimoines en Bourgogne, s’est déroulé en plusieurs temps. Tout d’abord, les élèves ont effectué des travaux de recherches afin de se familiariser avec les deux artistes : informations biographiques, descriptions d’œuvres, récits d’invention…

Le 16 octobre 2015, ils ont rencontré Alain Cornu au musée de la Faïence et des Beaux-arts de Nevers, devant les œuvres de Jongkind. Pour l’occasion, Marie-Christine Vallet, médiatrice au Musée, a bien voulu sortir des réserves des aquarelles rarement exposées et affermir les connaissances de chacun par un riche exposé sur le paysagiste, précurseur de l’impressionnisme.

Plus tard, Guidés par Alain Cornu, les 4e 5 ont cherché à localiser exactement les lieux où Jongkind avait posé son chevalet pour peindre les rues neversoises lors des nombreux séjours qu’il fit dans la région pendant presque une décennie. Ils ont aussi découvert l’usage de la chambre photographique pour immortaliser à leur tour les mêmes sites, avec l’œil de l’individu du XXIe siècle. Le même exercice a été mené à la Charité-sur-Loire où Jongkind peignit aussi à la même époque.

Au cours d’une deuxième rencontre au collège, les élèves ont découvert les clichés développés par Alain Cornu. Cet exercice témoigne bien sûr de la transformation des paysages mais révèle également le travail de composition et les libertés que l’artiste pouvait prendre avec la réalité.

Ce travail d’enquête et de production photographique a donné lieu à la diffusion d’une plaquette documentaire qui permet à tous ceux qui le souhaitent d’en savoir plus au sujet de Jongkind. Le projet a également abouti à une exposition visible au Cellier des moines.

contact

Lise Duwa, professeur de français au collège Aumeunier-Michot lise.duwa@ac-dijon.fr

Galerie