search

Accueil > Volet culturel et parcours EAC > archives > 2015-2016 > Collège de Charny - un cycle d’EPI autour du cinéma

Collège de Charny - un cycle d’EPI autour du cinéma

jeudi 16 juin 2016, par Emmanuel Freund

Dès la rentrée de 2016, le collège des Cinq Rivières à Charny met en place un cycle de trois enseignements pratiques interdisciplinaires associant culture cinématographique et culture scientifique. Échelonnés de la 5e à la 3e, couvrant les thématiques sciences technologie et société et culture et créations artistiques, ces EPI contribuent au parcours d’éducation artistique et culturelle des élèves.

Le cycle débute en 5e et porte tout d’abord sur la thématique « Sciences, technologie et société » en associant sciences physiques et technologie. En 4e, les élèves poursuivent leur formation avec un EPI annuel « Culture et créations artistiques » qui réunit les lettres, les sciences physiques, l’histoire-géographie-EMC et la classe Atelier Cinéma Audiovisuel 4°. Enfin, le cycle se clôture en 3e sur un EPI semestriel « Sciences, technologie et société » qui porte sur les progrès scientifiques et qui est mené par les professeurs de sciences physiques, de lettres, de cinéma & audiovisuel.

Dans le cadre de chaque EPI, les professeurs proposent donc aux élèves d’approfondir leurs connaissances tout en apprenant et en pratiquant les techniques cinématographiques.

« la ville : lieu de vie et de dérive » - focus sur l’EPI 4e

Lors du premier semestre, l’accent est mis sur la notion d’habiter la ville. En géographie, il s’agit d’identifier les caractéristiques de la ville (activités, paysages) et les enjeux environnementaux auxquels sont confrontés les villes.

En lettres, les élèves sont invités à travailler sur des supports issus des médias traitant de la ville et de la transition écologique ; ils sont amenés à vérifier et regrouper les sources, à évaluer les effets de la rédaction et du montage dans l’esprit du récepteur ; tout cela dans le but de développer leur esprit critique.

En sciences physiques, les élèves étudient des exemples de circuits électriques intégrés dans la vie courante (éclairage, automobiles, ...), abordant ainsi également les premières notions de consommation, de pertes et d’économie, et donc de transition écologique.

En EMC, il s’agit de comprendre la notion de citoyenneté à l’échelle locale : découvrir les compétences et le fonctionnement de la commune nouvelle « Charny Orée en Puisaye » grâce notamment à la rencontre avec un élu local ; comprendre les actions faites à l’échelle locale pour le développement durable, notamment les circuits courts.

Enfin, dans le cadre de l’Atelier Cinéma Audiovisuel, l’analyse d’œuvres russes des années 20, soigneusement sélectionnées sur le thème de la ville, illustre les différents objectifs que peut avoir le montage : divertir, mais aussi manipuler. Les élèves sont également initiés aux codes d’écriture du reportage dans l’optique de produire une forme courte.

L’objectif à la fin du semestre est de réaliser un reportage dans une ville avec une focalisation particulière sur un métier et/ou une structure impliquée dans la transition écologique. Cette réalisation à la fois individuelle (validation de compétences identiques pour tous les élèves de l’EPI) et collective sera projetée dans une salle de cinéma puis intégrée au sein d’une chaîne VIMEO

Au second semestre, il est question d’aborder la ville dans sa dimension fictive et rêvée. En histoire, on rappelle que l’urbanisation a commencé au XIXe siècle et que c’est à cette époque que se sont fixées les représentations de la ville : le lieu où tout est possible, ce qui attire les paysans, le lieu des divertissements mais aussi le lieu de tous les dangers : théâtre des révolutions, forte criminalité.

En lettres, le questionnement sur la ville comme lieu de tous les possibles est mené à travers des textes provenant de genres différents : romans d’anticipation, comics, essais. L’enjeu est de montrer l’ambivalence des représentations du milieu urbain et plus particulièrement d’insister sur leurs aspects négatifs.

Les sciences physiques analysent les signaux lumineux (source primaire, objet diffusant). L’étude du modèle du rayon lumineux permet également de travailler sur les ombres, la réflexion.

En cinéma est étudié l’usage artistique de la lumière, des décors et de la mise en scène dans l’expressionnisme allemand qui rend une ville inquiétante. En projet final de l’EPI, les élèves réalisent un court métrage muet, en noir et blanc, dont le but est de montrer une vision diabolisée de la ville de Charny par les artifices de la lumière, des ombres et des décors.

sciences, littérature et cinéma - focus sur l’EPI 3e

Ce travail interdisciplinaire (lettres, sciences physiques, classe Atelier Cinéma Audiovisuel) s’intègre au thème « sciences, technologie et société » et pose la problématique suivante : quelle est la place de la Science dans la littérature et le cinéma ?

En sciences physiques, l’étude de la gravitation universelle et des interactions ainsi mises en jeu, mais aussi la découverte de grands scientifiques ayant participé à la découverte de la matière dans l’Univers, donneront aux élèves des connaissances précises sur la constitution de l’Univers.

Le domaine scientifique sera alors exploré à travers différentes adaptations cinématographiques. On montrera aux élèves les principaux partis pris de réalisation concernant l’utilisation de la science au cinéma : de l’ultra-réalisme cherchant à exalter les progrès scientifiques modernes, jusqu’à une science rêvée, démiurgique et toute-puissante, basculant même parfois dans la pure fantaisie. Ce travail sensibilisera également les élèves aux choix de mise en scène : points de vue, cadrage, plans…. afin de leur donner les compétences techniques nécessaires à un travail collectif de réalisation audiovisuelle.

Le questionnement complémentaire « Progrès et rêves scientifiques » en français amènera les élèves à s’interroger sur le progrès scientifique, idéalisé depuis le XIXème siècle mais aussi objet de terreur ou de désillusion. On montrera aux élèves des textes positivistes, exaltant les potentialités de la science et on s’intéressera plus particulièrement au mythe de Frankenstein, monstre à la fois fascinant et terrifiant, instrument cathartique au service des interrogations ontologiques de chacun. La lecture de nouvelles à chute contemporaines questionnera le pouvoir de la science aujourd’hui et servira de point de départ à un travail d’écriture collectif réinvestissant les acquis sur la construction d’une nouvelle mais aussi sur les points de vue et l’élaboration d’une séquence. Les élèves écriront alors le scénario de leur court-métrage en respectant et intégrant ses codes d’écriture.

Ce projet offrira ainsi aux élèves une réelle ouverture culturelle en associant connaissances scientifiques, étude de textes littéraires et pratique du septième art.

Ce cycle d’EPI est conçu et sera mis en œuvre par Anne Gebica, histoire-géographie, Daria Ghionghios, lettres classiques, Adeline Goudrot, lettres modernes, et Thierry Mura, sciences Physiques/cinéma & audiovisuel